• aerial view of New Jersey Turnpike in New Jersey
  • aerial view of New Jersey Turnpike in New Jersey
  • aerial view of New Jersey Turnpike in New Jersey
  • aerial view of New Jersey Turnpike in New Jersey
  • aerial view of New Jersey Turnpike in New Jersey
  • aerial view of New Jersey Turnpike in New Jersey
  • aerial view of New Jersey Turnpike in New Jersey
  • aerial view of New Jersey Turnpike in New Jersey
  • aerial view of New Jersey Turnpike in New Jersey
  • aerial view of New Jersey Turnpike in New Jersey
Réduction des embouteillages sur la New Jersey Turnpike

Peu de routes en Amérique sont plus fréquentées que la New Jersey Turnpike, qui dessert en moyenne 680 000 véhicules par jour. Achevée en 1952, cette route de 118 milles (190 km) avec 18 échangeurs s'est depuis lors agrandie jusqu'à 148 miles (238 km) comportant près du double du nombre d'échangeurs.

Défi
La circulation s'est accrue régulièrement sur la célèbre autoroute à péage au fil des ans, en particulier lorsque le nombre de voies a diminué de 12 à 6, au nord de l'échangeur 8A. Ce tronçon d'autoroute représente un lien vers de nombreuses destinations clés pour les travailleurs et les autres voyageurs.

Solution
Les autorités de la New Jersey Turnpike ont décidé l'élargissement de 35 milles (56 km) d'autoroute pour améliorer le flux de la circulation. Louis Berger les a aidé à évaluer la circulation et à préparer un plan pour assurer que l'autoroute sera en mesure d'accommoder la croissance de la circulation au cours des 25 prochaines années.

En collaboration avec des plans pour élargir l'autoroute, Louis Berger :

  • a développé d'autres configurations pour cinq échangeurs dans le but d'améliorer leur capacité de gestion de la circulation et de fournir un accès à trois zones de service
  • a achevé l'ingénierie préliminaire et la documentation de l'environnement en 16 mois et 1 million de dollars en deçà des prévisions budgétaires, ce qui a libéré des fonds pour d'autres études d'échangeurs liées au projet
  • a identifié et a aidé à résoudre les contraintes environnementales posées par les propriétés voisines, telles que les zones humides, les terres agricoles préservées, les habitats spéciaux et les sites de matières dangereuses.