• Second Algiers Ring Road in Serbia
  • View of Second Algiers Ring Road
  • View of Second Algiers Ring Road
  • View of Second Algiers Ring Road
  • workers at construction site for the Second Algiers Ring Road in Serbia
  • Tunnel on Second Algiers Ring Road
  • crane at construction site
  • bypass bridge in Serbia
  • paving equipment on Second Algiers Ring Road in Serbia
  • compactor on highway
  • Second Algiers Ring Road in Serbia
  • Second Algiers Ring Road in Serbia
Un deuxième périphérique autour d'Alger soulage les embouteillages en Algérie

Située en Afrique du Nord le long de la Méditerranée, l'Algérie a une population de 37 millions d'habitants. C'est le dixième plus grand pays du monde. À divers moments de l'histoire, l'Algérie a fait partie des empires romains, byzantins et ottomans.

Défi
L'Algérie dispose d'un réseau routier de 104 000 km, dont 71 656 km de routes pavées. Alors que le réseau routier du pays est l'un des plus développés en Afrique, le gouvernement a cherché à l'élargir davantage. 

Solution
L'agence nationale des autoroutes a sélectionné Louis Berger pour gérer la construction d'un deuxième périphérique de 65 km autour d'Alger. La route relie les villes de Zeralda et Boudouaou, qui bordent la capitale, Alger.

Le projet comprenait plus de 55 structures importantes, dont 16 échangeurs, un tunnel avec deux cellules de 250 mètres chacune, et 38 ponts et viaducs. En particulier, les travaux comprenaient quatre viaducs allant de 280 à plus de 2000 mètres de longueur totale, et plusieurs ponts qui allaient de 302 à 589 mètres de long avec des travées allant de 33 à 49 mètres.

Les fonctions de Louis Berger comprenaient :

  • l'élaboration des documents contractuels, les estimations des coûts et les calendriers des projets
  • la révision des conceptions des chaussées et des structures
  • l'assurance que tous les travaux soient achevés dans le respect des cahiers des charges.

Les améliorations nécessitaient également la construction de 160 km de routes secondaires et de bretelles de raccordement ainsi que la réhabilitation de plusieurs routes existantes. Les matériaux nécessaires pour l'achèvement du projet comprenaient 400 millions de pieds cubes de remblai, 140 millions de pieds cubes de fouilles et 900 000 tonnes de béton bitumineux.